MULTIDISCIPLINARY DESIGN AGENCY

28.04.2012 PARIS

| ARTWORK |

LWA |

ARÉOPAGE

Dans le cadre de l’exposition Politiquement correct ? organisée en 2011 lors du Salon international du livre ancien, LWA a présenté, en avant-première, une installation artistique intitulée Aréopage. Si dans l’Antiquité, il s’agissait du tribunal d’Athènes siégeant sur la colline d’Arès, ce terme désigne aujourd’hui, dans un sens plus large et, parfois, quelque peu sarcastique, une assemblée de gens compétents et choisis.
L’œuvre met en scène le célèbre Index Librorum Prohibitorum, catalogue des livres dont l’Église interdisait la lecture. Établie pour la première fois au XVIe siècle, cette liste fut supprimée en 1965. La gigantesque cocotte en papier, abritée par la Nef du Grand Palais, illustre avec humour l’ironie du temps qui passe, l’ordre moral d’hier ne ressemblant pas à celui d’aujourd’hui. Voltaire ou Georges Sand en sont de parfaits exemples. Auteurs mis à l’index de leur vivant, ils sont maintenant étudiés sur les bancs de l’école. Une véritable relativisation des tabous et de la censure.
 

For the Politically correct ? exhibition of 2011 held in Paris during the Antiquarian Book Fair,  LWA was proud to present for the first time an art installation called Aréopage. While in ancient times the term referred to an Athenian tribunal located on Ares Rock, today the term encompasses, in a slightly tongue-in-cheek manner, an assembly of competent and chosen people. The artwork represents the illustrious Librorum Prohibitorum Index, a list of publications banned by the Catholic Church. Originally drawn up in 16th century, the list was finally cancelled in 1965. The gigantic paper bird sheltered in the nave of the Grand Palais reminds us with a hint of humour that times are changing, and that yesterday's moral values may not be today's. Ostracized as writers in their days, Voltaire or Georges Sand would be prime examples of these changes ; today their texts are being studied in every French school. Thus Aréopage offers food for thought when it comes to putting taboos and censorship into perspective.









 
< GALERIE THOMAS VINCENT CARTIER >